Pamela, présidente !

Gilets jaunes : Pamela, on a toujours su que tu étais avec nous : ( https://twitter.com/pamfoundation ) !
Première doléance : Macron dégage. Quitte à ce qu’il y ait un président, Pamela vaut bien mieux.
Et nous avons déjà les premières images pour la campagne…

Pour plus d’affiches présidentielles : https://www.facebook.com/constructionsocialeclub/

Nous reproduisons aussi ci-dessous son texte : “Ellow vests and I”, parce qu’il vaut mieux que les commentaires de bien des “analystes” médiatiques sur la question (source : https://www.pamelaandersonfoundation.org/news/2018/12/4/yellow-vests-and-i)  :

“I am glad that the media noticed my brief Twitter take on the situation in France, my adopted country, which has been experiencing a series of mass protests in the last few weeks.

Some followers accused me of “throwing support” behind the riots and violence and not understanding the problem. This is so biased. Why? Let’s see! Why these protests now?

Instead of being hypnotized by the burning images, I wanted to ask “where did the protests come from?”

“Yellow Vests” (“Gilets Jaune” named after roadside-safety vests) are a mass popular movement against the current establishment. It is a revolt that has been simmering in France for years. A revolt by ordinary people against the current political system which – as in many other western countries – colludes with the elite and despises its own citizens.

The protest started when President Macron announced an increase in carbon and air pollution taxes. The next increase will happen in January. This is supposed to collect more money for the state budget and also motivate people to use alternatives to diesel-fuelled cars. Macron would like to ban diesel cars by 2040.

But the French state encouraged people to buy diesel fuelled cares for many years. For example, in 2016, 62% of cars in France were diesel cars, as well as 95% of all vans and small lorries. So it is no wonder that many people view the new policy as a total betrayal.

Getting a new car is probably not a big deal for President Macron and his ministers. But it is way too difficult for many people who are already financially stretched to the max . Many poor people will not be able to get to work, especially if there is no reliable public transport in place throughout. Many old people will not be able to get to the shops or to the doctor.

Lots of media see Yellow Vests protesters as criminals causing destruction.

I see forces of destruction on the other side.

What about the violence?

I am a committed pacifist. I despise violence. But I also know that when protests end in violence it is too often the failure and the fault of the state. The failure of the state to enable people to be heard. This is the position of many international human rights organisations including Amnesty International.

Also, the critics of “violent riots” pretend that the current capitalist society is non-violent. Violence is a part of modern society and comes in many forms.

For example, Philippe Bourgois recognises four types of violence.

Political violence is conducted in the name of some state power or ideology.

Structural violence concerns the political and economic order of society in which the conditions of inequality and exploitation are institutionalised, including the exploitation of “cheap labour” and natural resources in the developing world.

Symbolic violence is involved when the oppressed and powerless internalize their humiliation and inequality.

And finally, everyday violence is the violence of “ordinary” life, such as criminality or domestic violence. This violence is often closely linked to structural violence (for example criminality can be associated with poverty) or a symbolic one (domestic violence can be linked to gender inequality).

So what is the violence of all these people and burned luxurious cars compared to the structural violence of the French and global elites?

When some protesters destroy cars and burn shops, they symbolically attack private property that is the basis of capitalism. When they attack police officers, they symbolically reject and challenge repressive state forces – forces that primarily protect the capital.

Moralising about burned cars and banks’ broken windows is misplaced. This must be seen in the context of the current status quo. A status quo in which the power of the powerful and the powerlessness of the powerless is maintained. A status quo of societies where only a few profit and the many loose.

What about the climate change?

Some people might think that Yellow Vests are fighting against good policies that aim to reduce carbon emissions.

But let’s not forget that it is the world’s richest 10% who are responsible for nearly 50% of total lifestyle consumption emissions.

Also, the stated fight against climate change is often a very lucrative business and used merely as a screen for preferential projects that would not be viable otherwise due to their costs. These projects are often chosen in a way that is not very transparent.

I do not believe that the Yellow Vests support harmful policies that cause climate change. They are against the political system and the politics that did far more for the rich than for the poor.

What is next?

The true question is whether the current protests can turn into something constructive. What comes the day after and if the progressives in France, and all over the world, can find solutions to constructing equal and egalitarian societies.

Yellow Vests are calling for a new social justice order, for the right to live in dignity based on fair wages and a fair tax system. The only solution is to create such a system. A system that will stand for respect of community life: for redistribution of the wealth to the benefit of the people and the nation. Because the people have been excluded from the distribution of wealth thus far and have been left destitute.

More to come. Watch this space!

Love

Pamela”

 

Un article de l’historien Gérard Noiriel sur le mouvement des gilets jaunes ! (tiré de son blog)

LES GILETS JAUNES ET LES “LEÇONS DE L’HISTOIRE”

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde (20/11/2018), le sociologue Pierre Merle écrit que « le mouvement des « gilets jaunes » rappelle les jacqueries de l’Ancien Régime et des périodes révolutionnaires ». Et il s’interroge: « Les leçons de l’histoire peuvent-elles encore être comprises ? »

Je suis convaincu, moi aussi, qu’une mise en perspective historique de ce mouvement social peut nous aider à le comprendre. C’est la raison pour laquelle le terme de « jacquerie » (utilisé par d’autres commentateurs et notamment par Eric Zemmour, l’historien du Figaro récemment adoubé par France Culture dans l’émission d’Alain Finkielkraut qui illustre parfaitement le titre de son livre sur « la défaite de la pensée ») ne me paraît pas pertinent. Dans mon Histoire populaire de la France, j’ai montré que tous les mouvements sociaux depuis le Moyen Age avaient fait l’objet d’une lutte intense entre les dominants et les dominés à propos de la définition et de la représentation du peuple en lutte. Le mot « jacquerie » a servi à désigner les soulèvements de ces paysans que les élites surnommaient les « jacques », terme méprisant que l’on retrouve dans l’expression « faire le Jacques » (se comporter comme un paysan lourd et stupide).

Le premier grand mouvement social qualifié de « jacquerie » a eu lieu au milieu du XIVe siècle, lorsque les paysans d’Ile de France se sont révoltés conte leurs seigneurs. La source principale qui a alimenté pendant des siècles le regard péjoratif porté sur les soulèvements paysans de cette époque, c’est le récit de Jean Froissart, l’historien des puissants de son temps, rédigé au cours des années 1360 et publié dans ses fameuses Chroniques. Voici comment Froissart présente la lutte de ces paysans : « Lors se assemblèrent et s’en allèrent, sans autre conseil et sans nulles armures, fors que de bâtons ferrés et de couteaux, en la maison d’un chevalier qui près de là demeurait. Si brisèrent la maison et tuèrent le chevalier, la dame et les enfants, petits et grands, et mirent le feu à la maison […]. Ces méchants gens assemblés sans chef et sans armures volaient et brûlaient tout, et tuaient sans pitié et sans merci, ainsi comme chiens enragés. Et avaient fait un roi entre eux qui était, si comme on disait adonc, de Clermont en Beauvoisis, et l’élurent le pire des mauvais ; et ce roi on l’appelait Jacques Bonhomme ».

Ce mépris de classe présentant le chef des Jacques comme « le pire des mauvais » est invalidé par les archives qui montrent que les paysans en lutte se donnèrent pour principal porte-parole Guillaume Carle « bien sachant et bien parlant ». A la même époque, la grande lutte des artisans de Flandre fut emmenée par un tisserand, Pierre de Coninck décrit ainsi dans les Annales de Gand : « Petit de corps et de povre lignage, il avoit tant de paroles et il savoit si bien parler que c’estoit une fine merveille. Et pour cela, les tisserands, les foulons et les tondeurs le croyoient et aimoient tant qu’il ne sût chose dire ou commander qu’ils ne fissent ».

On a là une constante dans l’histoire des mouvements populaires. Pour échapper à la stigmatisation de leur lutte, les révoltés choisissent toujours des leaders « respectables » et capables de dire tout haut ce que le peuple pense tout bas. D’autres exemples, plus tardifs, confirment l’importance du langage dans l’interprétation des luttes populaires. Par exemple, le soulèvement qui agita tout le Périgord au début du XVIIe siècle fut désigné par les élites comme le soulèvement des « croquants » ; terme que récusèrent les paysans et les artisans en se présentant eux mêmes comme les gens du « commun », Ce fut l’un des points de départ des usages populaires du terme « commune » qui fut repris en 1870-71, à Paris, par les « Communards ».

Les commentateurs qui ont utilisé le mot « jacquerie » pour parler du mouvement des « gilets jaunes » ont voulu mettre l’accent sur un fait incontestable : le caractère spontané et inorganisé de ce conflit social. Même si ce mot est inapproprié, il est vrai qu’il existe malgré tout des points communs entre toutes les grandes révoltes populaires qui se sont succédé au cours du temps. En me fiant aux multiples reportages diffusés par les médias sur les gilets jaunes, j’ai noté plusieurs éléments qui illustrent cette permanence.

Le principal concerne l’objet initial des revendications : le refus des nouvelles taxes sur le carburant. Les luttes antifiscales ont joué un rôle extrêmement important dans l’histoire populaire de la France. Je pense même que le peuple français s’est construit grâce à l’impôt et contre lui. Le fait que le mouvement des gilets jaunes ait été motivé par le refus de nouvelles taxes sur le carburant n’a donc rien de surprenant. Ce type de luttes antifiscales a toujours atteint son paroxysme quand le peuple a eu le sentiment qu’il devait payer sans rien obtenir en échange. Sous l’Ancien Régime, le refus de la dîme fut fréquemment lié au discrédit touchant les curés qui ne remplissaient plus leur mission religieuse, et c’est souvent lorsque les seigneurs n’assuraient plus la protection des paysans que ceux-ci refusèrent de payer de nouvelles charges. Ce n’est donc pas un hasard si le mouvement des gilets jaunes a été particulièrement suivi dans les régions où le retrait des services publics est le plus manifeste. Le sentiment, largement partagé, que l’impôt sert à enrichir la petite caste des ultra-riches, alimente un profond sentiment d’injustice dans les classes populaires.

Ces facteurs économiques constituent donc bien l’une des causes essentielles du mouvement. Néanmoins, il faut éviter de réduire les aspirations du peuple à des revendications uniquement matérielles. L’une des inégalités les plus massives qui pénalisent les classes populaires concerne leur rapport au langage public. Les élites passent leur temps à interpréter dans leur propre langue ce que disent les dominés, en faisant comme s’il s’agissait toujours d’une formulation directe et transparente de leur expérience vécue. Mais la réalité est plus complexe. J’ai montré dans mon livre, en m’appuyant sur des analyses de Pierre Bourdieu, que la Réforme protestante avait fourni aux classes populaires un nouveau langage religieux pour nommer des souffrances qui étaient multiformes. Les paysans et les artisans du XVIe siècle disaient : « J’ai mal à la foi au lieu de dire j’ai mal partout ». Aujourd’hui, les gilets jaunes crient « j’ai mal à la taxe au lieu de dire j’ai mal partout ». Il ne s’agit pas, évidemment, de nier le fait que les questions économiques sont absolument essentielles car elles jouent un rôle déterminant dans la vie quotidienne des classes dominées. Néanmoins, il suffit d’écouter les témoignages des gilets jaunes pour constater la fréquence des propos exprimant un malaise général. Dans l’un des reportages diffusés par BFM-TV, le 17 novembre, le journaliste voulait absolument faire dire à la personne interrogée qu’elle se battait contre les taxes, mais cette militante répétait sans cesse : « on en a ras le cul » , « ras le cul », « ras le bol généralisé ».

« Avoir mal partout » signifie aussi souffrir dans sa dignité. C’est pourquoi la dénonciation du mépris des puissants revient presque toujours dans les grandes luttes populaires et celle des gilets jaunes n’a fait que confirmer la règle. On a entendu un grand nombre de propos exprimant un sentiment d’humiliation, lequel nourrit le fort ressentiment populaire à l’égard d’Emmanuel Macron. « Pour lui, on n’est que de la merde ». Le président de la République voit ainsi revenir en boomerang l’ethnocentrisme de classe que j’ai analysé dans mon livre.

Néanmoins, ces similitudes entre des luttes sociales de différentes époques masquent de profondes différences. Je vais m’y arrêter un moment car elles permettent de comprendre ce qui fait la spécificité du mouvement des gilets jaunes. La première différence avec les « jacqueries » médiévales tient au fait que la grande majorité des individus qui ont participé aux blocages de samedi dernier ne font pas partie des milieux les plus défavorisés de la société. Ils sont issus des milieux modestes et de la petite classe moyenne qui possèdent au moins une voiture. Alors que « la grande jacquerie » de 1358 fut un sursaut désespéré des gueux sur le point de mourir de faim, dans un contexte marqué par la guerre de Cent Ans et la peste noire.

La deuxième différence, et c’est à mes yeux la plus importante, concerne la coordination de l’action. Comment des individus parviennent-ils à se lier entre eux pour participer à une lutte collective ? Voilà une question triviale, sans doute trop banale pour que les commentateurs la prennent au sérieux. Et pourtant elle est fondamentale. A ma connaissance, personne n’a insisté sur ce qui fait réellement la nouveauté des gilets jaunes : à savoir la dimension d’emblée nationale d’un mouvement spontané. Il s’agit en effet d’une protestation qui s’est développée simultanément sur tout le territoire français (y compris les DOM-TOM), mais avec des effectifs localement très faibles. Au total, la journée d’action a réuni moins de 300 000 personnes, ce qui est un score modeste comparé aux grandes manifestations populaires. Mais ce total est la somme des milliers d’actions groupusculaires réparties sur tout le territoire.

Cette caractéristique du mouvement est étroitement liée aux moyens utilisés pour coordonner l’action des acteurs de la lutte. Ce ne sont pas les organisations politiques et syndicales qui l’ont assurée par leurs moyens propres, mais les « réseaux sociaux ». Les nouvelles technologies permettent ainsi de renouer avec des formes anciennes « d’action directe », mais sur une échelle beaucoup plus vaste, car elles relient des individus qui ne se connaissent pas. Facebook, twitter et les smartphones diffusent des messages immédiats (SMS) en remplaçant ainsi la correspondance écrite, notamment les tracts et la presse militante qui étaient jusqu’ici les principaux moyens dont disposaient les organisations pour coordonner l’action collective ; l’instantanéité des échanges restituant en partie la spontanéité des interactions en face à face d’autrefois.

Toutefois les réseau sociaux, à eux seuls, n’auraient jamais pu donner une telle ampleur au mouvement des gilets jaunes. Les journalistes mettent constamment en avant ces « réseaux sociaux » pour masquer le rôle qu’ils jouent eux-mêmes dans la construction de l’action publique. Plus précisément, c’est la complémentarité entre les réseaux sociaux et les chaînes d’information continue qui ont donné à ce mouvement sa dimension d’emblée nationale. Sa popularisation résulte en grande partie de l’intense « propagande » orchestrée par les grands médias dans les jours précédents. Parti de la base, diffusé d’abord au sein de petits réseaux via facebook, l’événement a été immédiatement pris en charge par les grands médias qui ont annoncé son importance avant même qu’il ne se produise. La journée d’action du 17 novembre a été suivie par les chaînes d’information continue dès son commencement, minute par minute, « en direct » (terme qui est devenu désormais un équivalent de communication à distance d’événements en train de se produire). Les journalistes qui incarnent aujourd’hui au plus haut point le populisme (au sens vrai du terme) comme Eric Brunet qui sévit à la fois sur BFM-TV et sur RMC, n’ont pas hésité à endosser publiquement un gilet jaune, se transformant ainsi en porte-parole auto-désigné du peuple en lutte. Voilà pourquoi la chaîne a présenté ce conflit social comme un « mouvement inédit de la majorité silencieuse ».

Une étude qui comparerait la façon dont les médias ont traité la lutte des cheminots au printemps dernier et celle des gilets jaunes serait très instructive. Aucune des journées d’action des cheminots n’a été suivie de façon continue et les téléspectateurs ont été abreuvés de témoignages d’usagers en colère contre les grévistes, alors qu’on a très peu entendu les automobilistes en colère contre les bloqueurs.

Je suis convaincu que le traitement médiatique du mouvement des gilets jaunes illustre l’une des facettes de la nouvelle forme de démocratie dans laquelle nous sommes entrés et que Bernard Manin appelle la « démocratie du public » (cf son livre Principe du gouvernement représentatif, 1995). De même que les électeurs se prononcent en fonction de l’offre politique du moment – et de moins en moins par fidélité à un parti politique – de même les mouvements sociaux éclatent aujourd’hui en fonction d’une conjoncture et d’une actualité précises. Avec le recul du temps, on s’apercevra peut-être que l’ère des partis et des syndicats a correspondu à une période limitée de notre histoire, l’époque où les liens à distance étaient matérialisés par la communication écrite. Avant la Révolution française, un nombre incroyable de révoltes populaires ont éclaté dans le royaume de France, mais elles étaient toujours localisées, car le mode de liaison qui permettait de coordonner l’action des individus en lutte reposait sur des liens directs : la parole, l’interconnaissance, etc. L’Etat royal parvenait toujours à réprimer ces soulèvements parce qu’il contrôlait les moyens d’action à distance. La communication écrite, monopolisée par les « agents du roi », permettait de déplacer les troupes d’un endroit à l’autre pour massacrer les émeutiers.

Dans cette perspective, la Révolution française peut être vue comme un moment tout à fait particulier, car l’ancienne tradition des révoltes locales a pu alors se combiner avec la nouvelle pratique de contestation véhiculée et coordonnée par l’écriture (cf les cahiers de doléances).

L’intégration des classes populaires au sein de l’Etat républicain et la naissance du mouvement ouvrier industriel ont raréfié les révoltes locales et violentes, bien qu’elles n’aient jamais complètement disparu (cf le soulèvement du « Midi rouge » en 1907). La politisation des résistances populaires a permis un encadrement, une discipline, une éducation des militants, mais la contrepartie a été la délégation de pouvoir au profit des leaders des partis et des syndicats. Les mouvements sociaux qui se sont succédé entre les années 1880 et les années 1980 ont abandonné l’espoir d’une prise du pouvoir par la force, mais ils sont souvent parvenus à faire céder les dominants grâce à des grèves avec occupations d’usine, et grâce à de grandes manifestations culminant lors des « marches sur Paris » (« de la Bastille à la Nation »).

L’une des questions que personne n’a encore posée à propos des gilets jaunes est celle-ci : pourquoi des chaînes privées dont le capital appartient à une poignée de milliardaires sont-elles amenées aujourd’hui à encourager ce genre de mouvement populaire ? La comparaison avec les siècles précédents aboutit à une conclusion évidente. Nous vivons dans un monde beaucoup plus pacifique qu’autrefois. Même si la journée des gilets jaunes a fait des victimes, celles-ci n’ont pas été fusillées par les forces de l’ordre. C’est le résultat des accidents causés par les conflits qui ont opposé le peuple bloqueur et le peuple bloqué.

Cette pacification des relations de pouvoir permet aux médias dominants d’utiliser sans risque le registre de la violence pour mobiliser les émotions de leur public car la raison principale de leur soutien au mouvement n’est pas politique mais économique : générer de l’audience en montrant un spectacle. Dès le début de la matinée, BFM-TV a signalé des « incidents », puis a martelé en boucle le drame de cette femme écrasée par une automobiliste refusant d’être bloqué. Avantage subsidiaire pour ces chaînes auxquelles on reproche souvent leur obsession pour les faits divers, les crimes, les affaires de mœurs : en soutenant le mouvement des gilets jaunes, elles ont voulu montrer qu’elles ne négligeaient nullement les questions « sociales ».

Au-delà de ces enjeux économiques, la classe dominante a évidemment intérêt à privilégier un mouvement présenté comme hostile aux syndicats et aux partis. Ce rejet existe en effet chez les gilets jaunes. Même si ce n’est sans doute pas voulu, le choix de la couleur jaune pour symboliser le mouvement (à la place du rouge) et de la Marseillaise (à la place de l’Internationale) rappelle malheureusement la tradition des « jaunes », terme qui a désigné pendant longtemps les syndicats à la solde du patronat. Toutefois, on peut aussi inscrire ce refus de la « récupération » politique dans le prolongement des combats que les classes populaires ont menés, depuis la Révolution française, pour défendre une conception de la citoyenneté fondée sur l’action directe. Les gilets jaunes qui bloquent les routes en refusant toute forme de récupération des partis politiques assument aussi confusément la tradition des Sans-culottes en 1792-93, des citoyens-combattants de février 1848, des Communards de 1870-71 et des anarcho-syndicalistes de la Belle Epoque.

C’est toujours la mise en œuvre de cette citoyenneté populaire qui a permis l’irruption dans l’espace public de porte-parole qui était socialement destinés à rester dans l’ombre. Le mouvement des gilets jaunes a fait émerger un grand nombre de porte-parole de ce type. Ce qui frappe, c’est la diversité de leur profil et notamment le grand nombre de femmes, alors qu’auparavant la fonction de porte-parole était le plus souvent réservée aux hommes. La facilité avec laquelle ces leaders populaires s’expriment aujourd’hui devant les caméras est une conséquence d’une double démocratisation : l’élévation du niveau scolaire et la pénétration des techniques de communication audio-visuelle dans toutes les couches de la société. Cette compétence est complètement niée par les élites aujourd’hui ; ce qui renforce le sentiment de « mépris » au sein du peuple. Alors que les ouvriers représentent encore 20% de la population active, aucun d’entre eux n’est présent aujourd’hui à la Chambre des députés. Il faut avoir en tête cette discrimination massive pour comprendre l’ampleur du rejet populaire de la politique politicienne.

Mais ce genre d’analyse n’effleure même pas « les professionnels de la parole publique » que sont les journalistes des chaînes d’information continue. En diffusant en boucle les propos des manifestants affirmant leur refus d’être « récupérés » par les syndicats et les partis, ils poursuivent leur propre combat pour écarter les corps intermédiaires et pour s’installer eux-mêmes comme les porte-parole légitimes des mouvements populaires. En ce sens, ils cautionnent la politique libérale d’Emmanuel Macron qui vise elle aussi à discréditer les structures collectives que se sont données les classes populaires au cours du temps.

Etant donné le rôle crucial que jouent désormais les grands médias dans la popularisation d’un conflit social, ceux qui les dirigent savent bien qu’ils pourront siffler la fin de la récréation dès qu’ils le jugeront nécessaire, c’est-à-dire dès que l’audimat exigera qu’ils changent de cheval pour rester à la pointe de « l’actualité ». Un tel mouvement est en effet voué à l’échec car ceux qui l’animent sont privés de toute tradition de lutte autonome, de toute expérience militante. S’il monte en puissance, il se heurtera de plus en plus à l’opposition du peuple qui ne veut pas être bloqué et ces conflits seront présentés en boucle sur tous les écrans, ce qui permettra au gouvernement de réprimer les abus avec le soutien de « l’opinion ». L’absence d’un encadrement politique capable de définir une stratégie collective et de nommer le mécontentement populaire dans le langage de la lutte des classes est un autre signe de faiblesse car cela laisse la porte ouverte à toutes les dérives. N’en déplaise aux historiens (ou aux sociologues) qui idéalisent la « culture populaire », le peuple est toujours traversé par des tendances contradictoires et des jeux internes de domination. Au cours de cette journée des gilets jaunes, on a entendu des propos xénophobes, racistes, sexistes et homophobes. Certes, ils étaient très minoritaires, mais il suffit que les médias s’en emparent (comme ils l’ont fait dès le lendemain) pour que tout le mouvement soit discrédité.

L’histoire montre pourtant qu’une lutte populaire n’est jamais complètement vaine, même quand elles est réprimée. Le mouvement des gilets jaunes place les syndicats et les partis de gauche face à leurs responsabilités. Comment s’adapter à la réalité nouvelle que constitue la « démocratie du public » pour faire en sorte que ce type de conflit social – dont on peut prévoir qu’il se reproduira fréquemment – soit intégré dans un combat plus vaste contre les inégalités et l’exploitation ? Telle est l’une des grandes questions à laquelle il faudra qu’ils répondent.

Marseille : le mur de la honte

Voilà ce que les mafiosi nomment concertation.

Un mur et des flics.

Gaudin, Chenoz & cie, allez donc vous faire requalifier !

Le mistral marseillais, lui, ne cessera pas de souffler …

Quelques liens :

https://www.facebook.com/assembleedelaplaine/

Vive la Marseille populaire ! Chenoz, mange tes morts !

Belle charpente sur la Plaine ! Et il n’y pas que cela. D’autres constructions ont été réalisées : toilettes sèches, tables, bancs, …
Pas besoin des mafiosi pour s’occuper de la plaine.
Tout notre soutien aux personnes qui ont été séquestrées par la Picciotterià en uniforme et par les hommes de main de la Bac. Soutien également apporté aux deux ouvriers du bâtiment intérimaires qui ont eu le courage de démissionner ! Aux autres travailleurs, prenez votre droit de retrait ou refusez directement de travailler à la destruction de la vie.

Vive la Marseille populaire ! Chenoz, mange tes morts !

 

L’été est là : adios computer, bye bye internet !

Au lendemain de cette coupe du monde, nous annonçons qu’il n’y aura sans doute pas de nouvelles publications sur le site du Construction Sociale Club dans les semaines qui viennent. Adios computer, bye bye internet.

A nous la rivière, les virées, les rencontres, quelques chantiers, des bals, des bouffes et des foots improvisés dans des champs cévenoles !

Pour ceux qui voudraient bricoler au soleil, nous avons publier deux nouveaux plans brico : de quoi faire un bateau pneumatique et un pistolet à peinture. Il reste aussi dans les archives du site, les plans pour construire un abreuvoir pour poules, un tracteur à trois roues et un lance-pierre pour les apéros dégomme-conserves.

Affaires mafieuses et travaux publics à Palerme – Une discussion avec Umberto Santino pour le Construction Sociale Club

Umberto Santino est directeur du Centro Impastato (Palerme), premier centre de recherche sur la mafia lancé en 1977 et renommé ainsi suite à l’assassinat par Cosa Nostra de Giuseppe Impastato. Nathan Brenu est  actuellement, et entre autres, doctorant en histoire des marchés publics dans le secteur du bâtiment (Université d’Avignon / Università degli Studi di Trento). Un premier article commun avait été publié en 2015 par Mediapart sur le scandale romain Mafia Capitale.

N.B. – Depuis plusieurs années, le Centro Impastato travaille à la création du Memoriale-laboratorio della lotta alla mafia. En décembre 2015, la junte communale de Palerme s’est engagée à soutenir le projet en mettant notamment à disposition les locaux du Palais Giulì, situé en centre ville. Ce mémorial sera un lieu de rencontre et de recherche sur la problème mafieux. Il y aura une médiathèque et des archives spécialisés sur la question, ainsi qu’un musée sur l’histoire de la mafia et de l’antimafia. À ce propos, je ne peux d’ailleurs que saluer la parution, l’année dernière, de ton dernier ouvrage La mafia dimenticata, riche en documents historiques s’étendant de l’Unité italienne, en 1861, aux débuts du XXe siècle. En ce qui concerne l’histoire des marchés publics à cette époque, ce sur quoi je travaille, il y aurait beaucoup de choses à dire bien qu’il y ait encore peu d’analyses sur la question, mais l’époque qui nous intéresse ici est plus tardive. Elle commence avec les grands chantiers des années 50 et 60.

Le contexte est celui de l’après-guerre. En 1943, Palerme est bombardée par les forces alliées, américains et anglais. De nombreuses maisons sont alors détruites. À cela s’ajoute l’exode rurale de la fin des années 40 et du début des années 50. L’intérieur des terres siciliennes se vide et les villes côtières se peuplent. Il faut construire des logements, agrandir la ville de Palerme. Le marché du bâtiment s’envole, des monuments historiques sont détruits et les campagnes péri-urbaines sont bétonnées.

De 1956, Salvo Lima est conseiller municipal aux travaux publics. En 1959, il devient maire de Palerme et c’est alors Vito Ciancimino qui le remplace aux travaux publics. Dans ces années là, la spéculation immobilière a le vent en poupe et la mafia compte bien s’enrichir grâce aux nombreux marchés publics nouvellement ouverts. Un spéculateur comme Nicolò di Trapani par exemple, va pouvoir vendre à la pelle de nombreux terrains constructibles, profitant notamment de la facilité avec laquelle les permis de construire s’accordent. Les travaux sont ensuite conduits par des prête-noms de boss mafieux.

Au début des années 60, plusieurs constructeurs sont directement liés à des boss : Francesco Vassalo à son beau-père Giuseppe Messina, Girolamo Moncada à Michele Cavatoio, ou encore Salvatore Moncada, frère de Girolamo, à Angelo La Barbera. Et les réseaux sont larges, ils ne concernent pas que politiques, propriétaires fonciers et constructeurs : des banquiers sont aussi dans le coup, comme le beau-frère du mafieux Giovanni Gioia, Gaspare Cusenza, président de la Cassa di Risparmio accordant des prêts sans garanties aux entrepreneurs des travaux. Quant à la réalisation des travaux en tant que telle, ces entrepreneurs ne prenaient guère la peine de respecter les cadres légaux officiellement fixés – et c’est un euphémisme. Peu de crainte des contrôles étatiques, un certain nombre d’administrateurs publics sont complices.

Si cela te va, on parlera ensuite de ce qui fut appelé pour les années 80, la « méthode Siino », du nom d’Angelo Siino, dit « ministre des travaux publics de Cosa Nostra », avant de devenir collaborateur de justice. À partir de 1983, suite à la victoire des corleonesi dans la « première guerre de mafia », il est question de l’existence d’un comité d’affaires illégal gérant les marchés publics en Sicile procédant pour les adjudications à des tours précis d’assignation. En somme, aurait émergé dans ces années un véritable système de contrôle global et coordonné des marchés publics dans toute la Sicile, système qui aurait semble-t-il servi d’exemple dans le reste de la Péninsule.

Mais, au regard de ce qui a pu se passer entre les années 50 et 60, on peut constater que la logique à l’œuvre n’est pas tout à fait nouvelle. Selon toi, durant ces décennies d’après-guerre, à quel point les réseaux d’enrichissement sur les marchés publics étaient-ils structurés et comment étaient-ils structurés ? Peut-on déjà parler d’un « comité d’affaires », d’un genre de sommet spécialisé dans le domaine, ou trouve-t-on des différences notables dans les formes d’organisation à l’œuvre et les techniques employées par rapport à ce qui sera nommé la « méthode Siino »  ? Tu as utilisé régulièrement dans tes écrits le concept de « bourgeoisie mafieuse », concept que je réutilise pour mes propres recherches, quelles seraient les spécificités de la bourgeoisie mafieuse des années 50 et 60 ?

U.S. – Tu me proposes de reconstruire une histoire qui irait de l’après-guerre aux années 80. Comme tu le sais, dans ma manière d’aborder l’histoire de la mafia, j’ai toujours évité d’utiliser des coupes trop nettes et des oppositions trop faciles entre époques. Certains ont parlé de vieille mafia et de nouvelle mafia, insistant sur les différences entre générations, qui peuvent d’ailleurs exister dans l’histoire de toute activité. Certains ont parlé de mafia traditionnelle et de mafia-entreprise : la première serait liée à des codes d’honneurs, la seconde à l’accumulation. Comme tous les phénomènes qui persistent dans le temps, la mafia est faite de continuités et d’innovations, conjuguant des caractères historiques, comme l’extorsion et l’usage de la violence, notamment dans des formes particulièrement brutales, et des caractères liés aux processus de modernisation. Dans les années 1940, la mafia est encore “agraire”. Ce qui l’intéresse, c’est la possession et l’exploitation de la terre. Elle participe à la répression du mouvement paysan, avec l’élimination de syndicalistes et le massacre de Portella della Ginestra, le premier mai 1947.

Dans la seconde moitié des années 50, l’épicentre commence à se déplacer en ville. A cet époque, les campagnes se dépeuplent, d’autant que la réforme agraire, substantielle victoire des classes conservatrices, incite plus à quitter la Sicile qu’à y rester.

La concession de l’autonomie régionale spéciale, avec des compétences exclusives dans un grand nombre de secteurs, de l’agriculture à l’industrie et au commerce, de l’urbanisme aux travaux publics, de la gestion de l’eau au tourisme, consacre Palerme comme centre du pouvoir et comme lieu privilégié d’une urbanisation sans règles.

Concernant ce qu’on appelle le Sacco di Palermo, le sac de Palerme, à propos de la destruction d’une bonne partie du patrimoine monumental et de la bétonisation de la “Conca d’oro”, la “coquille d’or”, ces champs d’agrumes qui entouraient la ville, on pointe souvent du doigt la mafia, l’accusant d’être responsable du saccage. Mais en réalité, la direction de l’opération et les aires les plus attractives sont aux mains de grandes entreprises extérieures, comme l’Immobiliare et son capital issu des caisses du Vatican, ou encore les Cooperative ravennati liées au Parti Communiste. Les mafieux, avec une capacité d’accumulation illégale encore limitée, sont les parents pauvres de la grande entreprise et font valoir leur rôle de “protecteurs”, avec le monopole du contrôle du territoire. Successivement, commencera la grande accumulation. Au début, avec la contrebande de cigarettes, puis avec le trafic de drogue qui les lancera sur le terrain de la spéculation immobilière.

Tu énumères le cas Vassallo. À l’origine, Vassallo n’est qu’un cocher qui, en épousant la fille d’un boss de la mafia, réussit à constituer un système de relations, un réseau qui le lie à des hommes politiques et lui ouvre les portes du crédit. Grâce à ces canaux, il sera un bâtisseur de premier plan dans l’histoire de la ville. Beaucoup de ses ouvrages sont à louer et on y installe, par exemple, des écoles. De l’argent public est donc dépensé pour payer des loyers à un bâtisseur mafieux, et le voilà parfois considéré comme une sorte de “bienfaiteur” (j’ai déjà entendu ce terme en parlant avec des employés d’écoles dans lesquelles j’étais invité à faire des séminaires sur la mafia et l’antimafia). À côté de cela, les fonds publics qui sont justement destinés à la construction d’établissements scolaires ne sont pas utilisés. J’en parle dans mon livre L’impresa mafiosa.

Le cas des prêtes-noms est particulièrement notable : des inconnus, des personnes tout à fait étrangères au secteur du bâtiment, couvrent des bâtisseurs plus ou moins mafieux qui usent de leur relations avec la Municipalité, dominée par Lima et Ciancimino ; la forme urbaine historique, déjà en grande partie délabrée par la guerre, s’efface sous les coulées de ciment.

C’est ce qu’on peut appeler la “bourgeoisie d’État”, enrichie grâce à l’argent public, via la Région et la Cassa del Mezzogiorno, et qui a eu un rôle décisif pour construire et perpétuer un bloc social composite, formé de politiciens, d’administrateurs, de bâtisseurs, d’ouvriers du bâtiment, de spéculateurs immobiliers. C’est cela qui, pendant des décennies, a assuré le consensus à la Démocratie chrétienne. Un chef d’œuvre politique, une sorte de keynésianisme clientélo-mafieux, rendu possible grâce à un usage de la dépense publique dégagé de tout scrupules et de toute préoccupation de l’accroissement de la dette.

La croissance de l’accumulation illégale entraînera la demande de nouveaux espaces à la hausse qui, en se conjuguant à la conflictualité interne, ayant redessiné les hégémonies, conduira à la guerre de mafia du début des années 80. La méthode Siino est une forme d’institutionnalisation de fait d’une triarchie qui répartissait les marchés publics, afin de contenter tout le monde : politiciens, entrepreneurs, “ambassadeurs” de Cosa Nostra. Mais la guerre de mafia balaiera les institutions de la coexistence, avec l’élimination physique de concurrents et de politiciens ayant un rôle décisif de médiation, comme Salvo Lima. Chez les démocrates chrétiens, à partir des années 80, des fissures se sont ouvertes, notamment avec le crime Mattarella qui ouvre la décennie.

Sur la photo : Salvo Lima et Giulio Andreotti

N.B. – L’assassinat du président de la Région Piersanti Mattarella, sur lequel toute la lumière n’a pas encore été faite, bien qu’aient été condamnés plus tard, en tant que commanditaires du crime, Toto Riina, Bernardo Provenzano, Michele Greco, Bernardo Brusca, Giuseppe Calò, Francesco Madonia et Nenè Geraci. Dans les années 80, le juge Falcone avait privilégié la piste Giusva Fioravanti et Gilberto Cavallini, appartenant aux N.A.R., Nuclei Armati Rivoluzionari, groupe néofasciste impliqué dans divers attentats et qui aurait alors opéré pour Cosa Nostra. Bien qu’ils étaient été acquittés à l’époque, des doutes subsistent quant à leur implication, tout comme sur celle de Ciancimino.

En France, si on connaît peu le nom de Piersanti Mattarella, ou ceux de Cesare Terranova, magistrat assassiné d’une balle dans la nuque en 1979, ou encore du magistrat Rocco Chinnici assassiné à la voiture piégé en 1983, les noms des juges Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, eux aussi victimes de Cosa Nostra, sont plus familiers au grand public. Tous ses magistrats ont un point commun, ils mettaient en évidence les liens existants entre politique et mafia. Falcone et Borsellino enquêtaient notamment sur cela au sein du pool antimafia.

Pour rappeler rapidement l’histoire du pool, un des principaux instigateurs est Rocco Chinnici. Suite à l’assassinat en 1980 d’un autre magistrat, son ami Gaetano Costa, il va créer une structure collaborative afin d’éviter l’isolement des enquêteurs, isolement les rendant vulnérables. Le magistrat Antonino Caponnetto va prendre la suite de Chinnici. Le pool va notamment permettre plusieurs condamnations lors du maxi-procès de 1986 à Palerme. Mais son existence ne va bien évidemment pas plaire à tout le monde, les enquêtes mettant en évidence les liens existant entre représentants de l’État et mafia.

En 1988, le conseil supérieur de la magistrature préfère à la candidature de Falcone à la suite de Caponnetto, celle d’Antonino Meli. Ce dernier va dissoudre le pool. Falcone va devoir continuer son travail de manière un peu plus isolée, et va devenir la cible d’un grand nombre d’attaques personnelles, notamment de la part d’hommes politiques. C’est-ce qu’on appelle la stagione dei veleni (littéralement, la « saison des venins ») durant laquelle il sera lourdement calomnié, l’objectif étant de le décrédibiliser.

Parmi d’autres, un des sujets d’enquête de Falcone et Borsellino est celui qui traite du rapport entre mafia et marchés publics.

Et il est vrai que les marchés publics sont un sujet explosif. Enquêter sur ce thème, ce n’est pas envisager la mafia comme un anti-État, ou même un État dans l’État, c’est aborder le phénomène mafieux en intégrant pleinement sa dimension étatique, la porosité dont il relève. C’est comprendre que la mafia n’est pas une organisation criminelle fermée sur elle-même, une forme de secte archaïque qui ne vivrait que d’extorsions directes, mais au contraire une organisation dont la force est de traverser les différentes sphères de pouvoir, et de les lier tactiquement entre elles. Enquêter sur les marchés publics, c’est se donner la possibilité d’entrevoir cela – empiriquement on pourrait dire : mettre en évidence les relations entre entrepreneurs, administrateurs publics et monde du crime et comprendre comme cela fait réseau.

Tu l’as souvent dit, « il n’y a jamais eu de mafia sans État ». Quand à la suite de sa condamnation le 20 avril dernier à douze ans de réclusion dans le cadre du procès traitant des tractations entre État et mafia, le général et ex-préfet Mario Mori déclare qu’il n’accepte pas qu’on considère qu’il ait trahi l’État, il dit cela pour sa défense, se déclarant plus ou moins innocent, mais on pourrait ironiquement lui donner raison : un représentant de l’État accusé de complicité avec la mafia n’a pas à proprement parlé trahi l’État. Pour affirmer cela, il faut avoir une vision idéaliste de l’État, refuser d’aborder son histoire d’un point de vue matérialiste, dans ce qu’il est effectivement et non dans ce qu’il prétend être.

Dans tes écrits, tu parles de « double face de l’État ». Il y a d’un côté une face de l’État qui lutte contre la mafia, cette dernière remettant notamment en cause le monopole de la violence que l’État revendique. De ce côté là de l’État, on enquête, on tente de juger la mafia. Et il y a d’un autre côté une autre face de l’État, l’État infiltré ou plutôt utilisé tactiquement, comme outil supplémentaire d’accumulation de capital, les structures de l’État vues par les mafieux comme moyens d’arriver à leurs fins, et même d’éviter parfois des encombrements judiciaires. Pour ma part, je partage cette vision, même si je crois que, dans une certaine mesure, cette critique de la conception idéaliste de l’État utilise encore les catégories de cet idéalisme : en parlant de « double face de l’État », on entend encore l’État comme entité formant un tout, on prend encore l’histoire de l’État « par le haut » si j’ose dire. Cela a le mérite d’être clair et, d’un point de vue didactique, pédagogique, c’est une approche particulièrement efficace. Sans doute plus efficace, car plus imagée, que la mienne. Dans mes recherches, j’essaie d’aborder l’État « par le bas », par ses institutions, par ce qu’elles peuvent faire aux acteurs qui les composent mais également par ce que peuvent en faire, et ce qu’en font, ces acteurs. Il y a l’administrateur conscient de son métier, voulant respecter la loi, celui qui veut bien faire son métier, le zélé, celui qui ne croit pas en ce qu’il fait, celui qui ouvre un jour les yeux pour les refermer le lendemain, celui qui utilise sa position de pouvoir dans l’espoir d’en tirer quelques primes, légales ou non, celui qui va chercher à se mettre à disposition d’un réseau mafieux afin d’en tirer un profit personnel, celui qui regrette, celui qui veut rester en place, celui qui est placé là parce qu’il faisait déjà partie d’un réseau, celui qui cherche une promotion, celui à qui on la donne, celui qui refuse de voir ce que fait son voisin de bureau ou son supérieur, celui qui veut lutter contre la corruption, ou à l’inverse celui qui a largement conscience de l’importance des réseaux, du secret et de l’importance d’être un “homme d’État”. Il y a les petits arrangements, les “zones grises”, les redéfinitions législatives, la raison d’État qui surplombe souvent l’État dit « de droit ». Bref, il y a une multiplicité de l’agir étatique que l’on peut mettre en évidence dès lors qu’on ne considère plus l’État comme une entité transcendante, idéale, mais qu’on le considère “au raz du sol”. 

Il y a ceux qui ouvrent des enquêtes judiciaires sur le rapport entre mafia et marchés publics, et ceux qui archivent ses enquêtes comme le fait le procureur de Palerme en août 1992, alors même que Borsellino vient d’être assassiné.

Pourrais-tu commenter cet épisode, dire ce qu’il révèle pour toi et en profiter pour revenir sur ta conception de l’État et du rapport entre État et mafia ?

U.S. Concernant le rapport entre mafia et État, j’ai parlé d’une double dualité. La mafia, pour la “pensée de l’État”, qu’on accueille en partie tout en s’en distinguant, est une organisation criminelle, qui perpétue des manières de faire, de l’homicide à l’extorsion, étiquetées comme illégales. C’est ce que j’ai appelé le “pied en dehors” de l’État. Mais il y a le “pied à l’intérieur”, c’est-à-dire les rapports avec les institutions, centrales et périphériques, qui vont de l’impunité – une forme de légitimation, au contrôle du vote et au conditionnement des activités politiques et administratives. La subjectivité politique de la mafia est fondée sur la coexistence entre la mafia comme ordre, avec son système de justice, sa pratique de la “seigneurie territoriale”, c’est-à-dire la négation du monopole étatique de la violence, et l’interaction sur des terrains variés avec le système institutionnel, considéré dans son ensemble par le haut, comme tu dis, et par le bas.

Habituellement, une sorte de souveraineté partagé est de vigueur ; seulement quand la violence dépasse certaines limites, touchant des acteurs institutionnels (massacre de Ciaculli, homicide de Dalla Chiesa, massacres de Capaci et de via d’Amelio), la répression intervient. Cette duplicité et une référence au rapport mafia-institutions sont aussi présents dans la loi antimafia de 1982 avec un renvoi aux marchés publics, aux concessions, aux autorisations, aux services publics, qui sont affectés par les institutions.

Tu as parlé du procès sur la trattativa, la négociation, État-mafia. Selon mon analyse, la trattativa, dans des formes variées, peut être considérée comme permanente et constitutive du phénomène mafieux. Elle est la connotation de ce que l’on peut définir État réel. Le problème que les magistrats de Palerme se sont posés, c’est de savoir si c’est la trattativa mafia-Stato qui a conduit au massacre de via d’Amelio, à cause de l’opposition de Borsellino.

Falcone et Borsellino, dans leur enquêtes, mettaient en avant les marchés publics ? L’enquête la plus significative de Falcone est celle sur le recyclage de l’argent sale, sur la mafia financière on peut dire. Suivre la piste de l’argent : c’était sa stratégie.

Borsellino, cherchant à faire la lumière sur le massacre de Capaci, a enquêté sur les marchés publics ? C’est possible, mais nous sommes dans une phase historique dans laquelle la financiarisation, avec les grands trafics internationaux, de drogue, d’armes, d’êtres humains, est devenue toujours plus importante, sans oublier, comme je le disais plus tôt, d’autres aspects. Le mobile et l’objectif des massacres est pluriel : éliminer les principaux ennemis, bloquer un procès, qui partait de la mafia militaire mais s’intéressait au rapport avec la politique, et qui devenait trop dangereux. Dans la stratégie mafieuse, s’entrecroisent répression et prévention. Mais l’État a un rôle décisif en démantelant le pool antimafia et en rejetant la stratégie judiciaire gagnante qui avait pu permettre le résultat positif du maxi-procès.

N.B. Il n’y a pas que les marchés publics, certes, mais concernant ceux-ci, on peut noter que c’est un moyen à la fois de s’enrichir et de recycler de l’argent sale, car lorsqu’on parle de grands chantiers (mais c’est également le cas des petits), on est jamais loin d’avoir un pied dans la « zone grise », voir les deux selon les circonstances. Voilà peut-être pourquoi la mafia s’intéresse au secteur du bâtiment, à l’instar de l’ingénieur Giovanni Bini de la Calcestruzzi s.p.a., filiale du groupe Italcementi, du géomètre Giuseppe Lipari et des prêtes-noms œuvrant pour Toti Riina ou Bernardo Provenzano. Il y a de l’argent en jeu et c’est un secteur qui recouvre plusieurs dimensions favorables aux possibilités d’accumulation de capital : le foncier, l’acquisition et la revente de terrains constructibles, la victoire d’un marché lucratif grâce auquel on va pouvoir s’enrichir sur l’argent public, la réalisation des travaux et la plus-value qu’on va chercher à en tirer – notons que parfois même une liquidation d’entreprise peut-être paradoxalement profitable à ceux qui l’ont organisée. Il y a aussi les possibilités de surfacturations, les bâclages d’ouvrage, l’écoulement de ciment défectueux ou même la possibilité de recycler quelques déchets toxiques, et d’en tirer profit en vendant ce service, sous couvert d’un chantier. Le secteur des travaux publics représente une fortune, c’est un investissement étatique de grand poids.

Prendre un marché public requiert cependant un certain capital social, un réseau mafieux impliquant acteurs étatiques et entrepreneurs, comme il en était question précédemment. Car, officiellement, les marchés publics sont censés être cadrés par des règles strictes, à commencer par la tenue au secret des offres concurrentielles. Mais dans la pratique, la mafia réussit à contourner ces règles. Ainsi, avec la complicité de quelques politiciens ou fonctionnaires bien placés, il y a la possibilité de s’arranger en amont afin que soient élaborés des appels d’offre et des cahiers des charges « sur mesure ». Toujours avec la complicité d’administrateurs, il est possible de mettre hors course un concurrent en l’accusant de vice de forme : si l’on cherche un peu, on peut souvent en trouver pour chaque dossier. Il y aussi un autre arrangement possible, en aval, celui qui consiste à ouvrir les enveloppes avant l’heure et retoucher sa proposition afin d’être sûr d’être plus concurrentiel que les autres. Sinon, méthode classique, un mafieux peut tout simplement intimider le concurrent, le menacer, voir plus, afin qu’il ne réponde pas à l’appel d’offre ou retire sa candidature.

Dès le début des années 2000, dans le cadre des aménagements balnéaires des côtes d’Ostia, ont été dénoncées les infiltrations mafieuses : c’est le scandale de la Cosa Nostra Beach. En 2014, quand a explosé l’affaire Mafia Capitale à Rome, le réseau mafieux mis en cause s’intéressait, entre autres, aux marchés publics. Il y a aussi un scandale qui dure depuis des décennies et qui ne semble pas se résoudre : celui des détournements des fonds européens réservés notamment à l’aménagement du territoire. Et ne parlons même pas de la reconstruction de l’Aquila suite au tremblement de terre de 2009, comme quoi une catastrophe n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Par ailleurs, les militants NoTav n’ont sans doute pas tort de parler ironiquement de ‘ndranghetav concernant la construction de la ligne de train à grande vitesse du Lyon Turin. Quant à l’infiltration mafieuse dans les chantiers effectués dans le cadre de l’exposition universelle de Milan de 2015, elle n’est plus un secret pour personne. Ce genre d’événements, tout comme les jeux olympiques au Brésil ou ailleurs, peuvent être des plans particulièrement fructueux pour les mafias, car ils permettent un dégagement rapide de fonds voués à une transformation urbanistique tout aussi rapide.

Ce ne sont là que des exemples, mais en somme on ne peut pas dire que l’attirance des mafias pour les marchés publics soient finie. Nous sommes encore en plein cœur d’une époque “mafiogène”, pour reprendre une expression que utilises quelques fois. 

Lors des différentes rencontres que j’ai fait à Palerme dernièrement, un constat assez logique revenait souvent : les maires peuvent bien être élus, changer même de couleur politique, les fonctionnaires, eux, restent les mêmes.

Plusieurs plans européens ont été mis en place, comme celui des financements de constructions de crèche, c’est bien – qui irait cracher sur une crèche, mais comment expliquer par exemple que celle construite dans le quartier Guadagna, malgré un important financement, ait fermé au bout d’un mois et demi ? Il s’agit donc de projets lancés pour profiter des investissements annoncés, des projets de circonstance qui n’ont pas en vérité été pensés pour avoir un autre avenir que celui de “projet” ? Quant au dégagement des fonds européens pour Palerme, capitale de la culture 2018, et la réalisation des grands chantiers permis par cette nomination, ne crains-tu pas qu’une partie aillent dans les poches de quelques mafieux, par le biais de prête-noms, d’entreprises-couverture ? Des dispositions efficaces sont-elles imaginées en Italie pour éviter les vastes détournements qui sont au cœur des partenariats « public / privé » ?

Je suis, pour ma part, assez pessimiste sur la question …

U.S. Mafia capitale a été considérée par les magistrats comme un phénomène autochtone, qu’on peut reconduire au registre des cas prévus par la loi antimafia. On retrouverait les éléments essentiels à la caractérisation mafieuse : le lien associatif, l’intimidation, les activités illégales, les rapports avec les institutions. La seigneurie territoriale a été substitué par le contrôle d’un secteur, d’une filière, de la production à la commercialisation.

Ces dernières années, il a été dit que la mafia a renoncé à la violence, préférant à celle-ci le moyen de la corruption. Mais la corruption n’est pas une nouveauté pour la mafia, et la violence peut aussi être sous-entendue, dans le sens qu’il est notoire que tel personnage, vu son histoire et la renommée qu’il s’est crée, n’a pas besoin d’en venir aux menaces ou de faire usage de la violence.

Pour ce qui est de l’expression “zone grise”, elle me paraît trop journalistique et générique. Je préfère parler de “Bloc social”, en individuer les composants et reconstruire leur rôle dans un cadre que je considère comme structuré et systémique, et non occasionnel et indéterminé. De ce point de vue, je pense aussi que ce qui est par exemple nommé dans la loi “concorso esterno”, cette complicité dite externe, devrait être un peu plus réglementé et précisé.

Pour avoir une approche de la situation actuelle, il faudrait étudier le code des marchés publics et les rapports sur la corruption. Dans le passé, nous collaborions avec un des principaux spécialistes du système des marchés publics, Ivan Cicconi, qui nous a quitté l’année dernière. Tu devrais utiliser ses analyses qui vont de la reconstruction du contexte de Tangentopoli, cette affaire de corruption généralisée impliquant des centaines d’hommes politiques, à l’examen critique des grands projets, des grands travaux.

Pour répondre aux questions sur les travaux publics de la dernière décennie et sur l’usage des fonds européens, il faudrait recueillir des informations adéquates. En tout cas, c’est sûr, il faut engager une réflexion sur la mafia actuelle.

Tu sais bien qu’il y a eu et qu’il continue d’y avoir une polémique sur la mafia de ces dernières années : a-t-elle vaincu, a-t-elle perdu, est-elle plus forte qu’avant, ou la même ? Je ne pense pas que cette approche calquée sur la triple possibilité offerte par le totocalcio, les paris sur le football, victoire-défaite-égalité, soit la bonne. Ce qui est certain, c’est que la mafia a essuyé quelques coups durs, l’effet boomerang du délire d’omnipotence criminelle qui a porté aux massacres du début des années 90.

Il y a des vides dans l’organisation. Elle n’a plus un rôle hégémonique dans le trafic de drogue et les robinets de la dépense publique ne sont plus aussi ouverts qu’avant. Il y a des nouveautés : à Palerme se sont installés les nigérians, organisés en confraternités et actifs dans le trafic de drogue, la gestion de la traite et l’exploitation des femmes. Il y a donc, dans le trafic de drogue, des collaborations entre indigènes et nouveaux arrivés. Et cela pourrait être aussi le cas en ce qui concerne le proxénétisme, contrairement au stéréotype selon lequel la mafia ne fait pas cela. Je ne pense pas qu’une mafia, au meilleur de sa forme aurait accepté cette coexistence. Et, si telle était le cas, elle en aurait dicté les règles.

J’aimerais finir avec quelques mots sur le projet du Mémorial. On aimerait que ce soit une structure polyvalente dans laquelle s’entrecroisent la mémoire, qu’on réserve trop souvent à quelques personnages singuliers, et le projet d’un renouveau d’une antimafia. Après les grandes manifestations suscitées par l’émotion que les crimes et massacres ont provoqué, après quelques initiatives significatives dans les écoles, avec des commerçants contre le racket, pour l’usage social des biens confisqués, l’antimafia nous paraît bien fatiguée, rituelle et ouverte au risque d’intrusions de personnages qui ne cherchent qu’à se mettre en vitrine et faire oublier leur passé.

C’est un projet très ambitieux et nous lancerons pour le réaliser une campagne de communication et de récolte des fonds qui puisse le faire ressortir non comme une initiative du seul Centre Impastato, mais comme un engagement commun.

 

 

 

Lafarge mis en examen pour “complicité de crimes contre l’humanité” : il était temps !

La société Lafarge S.A., filiale de LafargeHolcim, a été mis en examen ce jeudi 28 juin pour “complicité de crimes contre l’humanité”. Il était temps !

Au XIXe siècle, cette usine (ci-dessus en photo) n’était-elle déjà pas un crime ?

Première livraison internationale d’envergure : 110 000 tonnes de chaux pour le canal de Suez, en 1864.

Bien plus, tard, en 1939, Lafarge devient le premier cimentier français. Son patron Henri Pavin de Lafarge vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et collaborera activement avec les nazis.

Malgré la mise sous séquestre de l’usine en 1944 (et une tentative d’autogestion jusqu’en 1947), le projet de nationalisation échoue.

L’enquête ouverte à la Liberation est mise au tiroir. Du passé faisons table rase ! Lafarge est un grand cimentier français qui va encore “rayonner” à l’international (notamment au canal de Suez dans les années 1950). Et la collaboration ? Sans doute un détail de l’histoire …

La guerre c’est un bon plan pour Lafarge, tout comme les dictatures (pensons LafargeHolcim au Maroc !).

Après la seconde guerre du golfe, quoi de mieux que d’aller proposer ses services au Moyen Orient. Il y a à construire et reconstruire, tant de béton à écouler.

Alors ils allaient quand même pas cracher sur la filiale syrienne !

Déjà, sur le site internet de l’entreprise, ça se défend : “Le Groupe prend acte des infractions reprochées à la suite des actes individuels répréhensibles survenus dans le cadre des opérations antérieures à 2014 de Lafarge Cement Syria, une filiale de Lafarge SA. La mise en examen de Lafarge SA était attendue suite à la mise en examen de plusieurs de ses anciens dirigeants.”

Des “actes individuels répréhensibles”, hum …

Voyons voir si cette enquête sera mise au tiroir elle-aussi.