2019 arrive, pensez à prendre de bonnes révolutions !

Le gouvernement n’a pas fait qu’augmenter les salaires des forces de la répression, il les équipe encore pour nous livrer des cadeaux en rafale. Lanceurs de “balles de défense” (sic) – utilisés pour l’attaque – en mode mitraillette, plein de munitions et nouveaux jouets pour les bacqueux et les robocops. Qui aime bien châtie bien, non ?!
Alors on ne peut pas dire que l’État français n’aime pas son peuple.

Joyeux Noël à tous les éborgnés, défigurés, assassinés, à venir.
Joyeux Noël à nous camarades … et bonne année ! Et courage, ce n’est pas le moment de s’agenouiller, les mains sur la tête, devant le père Noël …

Ah oui, c’est vrai qu’on avait tous oublié ce “détail” : la hausse de la fiscalité diesel avait pour but de financer la baisse des cotisations patronales et n’est donc pas du tout une question environnementale (source : macronleaks – https://wikileaks.org/macron-emails/emailid/50207… ).

“La Canard” révélait déjà il y a quelques temps que, malgré la fiscalité grandissante sous prétextes “écologiques”, les dépenses en matières de “transition écologique” étaient en baisse. Trouvez l’erreur !

Et les journalistes des mass media à la solde de l’ordre s’étonnent, manipulateurs payés pour mentir, qu’on ne les respecte plus …

Grenade et arme à feu : la vidéo complète

Puisque le pouvoir cherche à créer un storytelling autour de ces voltigeurs "agressés", il est important de voir et faire voir la vidéo complète des faits. Ces policiers à moto avaient tiré des grenades en rafale sur une foule tranquille. Ils cherchaient la confrontation. Une personne témoin des faits raconte même que le cortège "descendait l'avenue, repoussé par un cordon de CRS, sans avoir remarqué ces policiers à moto sur le côté".L'extrait qui circule partout "oublie" volontairement le début de la vidéo. Celui où ces policiers envoient dans la foule des grenades potentiellement létales, alors qu'ils n'étaient en aucun cas menacés. C'est un cas de manipulation caractérisée et délibérée.Autre élément important que personne ne relève : le fait de braquer des manifestants avec une arme à feu. Les Flash-Balls et autres grenades étaient sensés empêcher l'usage des armes "létales". En réalité, ils sont systématiquement utilisés pour attaquer une foule. Et le fait de sortir un pistolet face à des civils n'est plus exceptionnel. C'est la militarisation du maintien de l'ordre : des armes de plus en plus dangereuses, utilisées de plus en plus massivement.

Gepostet von Nantes Révoltée am Sonntag, 23. Dezember 2018

Et dire qu’il y a des syndicats de police pour demander plus de moyens …

David Dufresne répertorie nombre de violences policières.
Il semble que les flics prennent leur pied à être détestés de plus en plus de monde. A moins que ce ne soit la police qui déteste tout le monde …

https://twitter.com/davduf

Benalla en Afrique, Rahmouni à Montpellier, Macron les pupilles dilatées (c’est l’émotion), … Pour travailler dans la sécurité privée, il suffit de traverser la rue ?

Elle était belle quand même l’allocution résidentielle, non ?

Quelle sincérité, quels frissons … !

La liberté selon E. Macron

ACTIVEZ LE SON pour entendre le discours surréaliste d'E. Macron, aujourd'hui 10 décembre, sur les images de sa politique de répression sans précédent, . images: Gilets Jaunes, depuis la page #cerveauxnondisponibles

Gepostet von GREVE Générale am Montag, 10. Dezember 2018

Ça alors !! Comme quoi le CACES n’est pas seulement utile pour des missions interim dans des grosses boites du BTP …!

Un hommage et des fleurs sur la tombe du peuple inconnu …

Bonne année 2019, pensez à prendre vos bonnes révolutions …

Pamela, présidente !

Gilets jaunes : Pamela, on a toujours su que tu étais avec nous : ( https://twitter.com/pamfoundation ) !
Première doléance : Macron dégage. Quitte à ce qu’il y ait un président, Pamela vaut bien mieux.
Et nous avons déjà les premières images pour la campagne…

Pour plus d’affiches présidentielles : https://www.facebook.com/constructionsocialeclub/

Nous reproduisons aussi ci-dessous son texte : “Ellow vests and I”, parce qu’il vaut mieux que les commentaires de bien des “analystes” médiatiques sur la question (source : https://www.pamelaandersonfoundation.org/news/2018/12/4/yellow-vests-and-i)  :

“I am glad that the media noticed my brief Twitter take on the situation in France, my adopted country, which has been experiencing a series of mass protests in the last few weeks.

Some followers accused me of “throwing support” behind the riots and violence and not understanding the problem. This is so biased. Why? Let’s see! Why these protests now?

Instead of being hypnotized by the burning images, I wanted to ask “where did the protests come from?”

“Yellow Vests” (“Gilets Jaune” named after roadside-safety vests) are a mass popular movement against the current establishment. It is a revolt that has been simmering in France for years. A revolt by ordinary people against the current political system which – as in many other western countries – colludes with the elite and despises its own citizens.

The protest started when President Macron announced an increase in carbon and air pollution taxes. The next increase will happen in January. This is supposed to collect more money for the state budget and also motivate people to use alternatives to diesel-fuelled cars. Macron would like to ban diesel cars by 2040.

But the French state encouraged people to buy diesel fuelled cares for many years. For example, in 2016, 62% of cars in France were diesel cars, as well as 95% of all vans and small lorries. So it is no wonder that many people view the new policy as a total betrayal.

Getting a new car is probably not a big deal for President Macron and his ministers. But it is way too difficult for many people who are already financially stretched to the max . Many poor people will not be able to get to work, especially if there is no reliable public transport in place throughout. Many old people will not be able to get to the shops or to the doctor.

Lots of media see Yellow Vests protesters as criminals causing destruction.

I see forces of destruction on the other side.

What about the violence?

I am a committed pacifist. I despise violence. But I also know that when protests end in violence it is too often the failure and the fault of the state. The failure of the state to enable people to be heard. This is the position of many international human rights organisations including Amnesty International.

Also, the critics of “violent riots” pretend that the current capitalist society is non-violent. Violence is a part of modern society and comes in many forms.

For example, Philippe Bourgois recognises four types of violence.

Political violence is conducted in the name of some state power or ideology.

Structural violence concerns the political and economic order of society in which the conditions of inequality and exploitation are institutionalised, including the exploitation of “cheap labour” and natural resources in the developing world.

Symbolic violence is involved when the oppressed and powerless internalize their humiliation and inequality.

And finally, everyday violence is the violence of “ordinary” life, such as criminality or domestic violence. This violence is often closely linked to structural violence (for example criminality can be associated with poverty) or a symbolic one (domestic violence can be linked to gender inequality).

So what is the violence of all these people and burned luxurious cars compared to the structural violence of the French and global elites?

When some protesters destroy cars and burn shops, they symbolically attack private property that is the basis of capitalism. When they attack police officers, they symbolically reject and challenge repressive state forces – forces that primarily protect the capital.

Moralising about burned cars and banks’ broken windows is misplaced. This must be seen in the context of the current status quo. A status quo in which the power of the powerful and the powerlessness of the powerless is maintained. A status quo of societies where only a few profit and the many loose.

What about the climate change?

Some people might think that Yellow Vests are fighting against good policies that aim to reduce carbon emissions.

But let’s not forget that it is the world’s richest 10% who are responsible for nearly 50% of total lifestyle consumption emissions.

Also, the stated fight against climate change is often a very lucrative business and used merely as a screen for preferential projects that would not be viable otherwise due to their costs. These projects are often chosen in a way that is not very transparent.

I do not believe that the Yellow Vests support harmful policies that cause climate change. They are against the political system and the politics that did far more for the rich than for the poor.

What is next?

The true question is whether the current protests can turn into something constructive. What comes the day after and if the progressives in France, and all over the world, can find solutions to constructing equal and egalitarian societies.

Yellow Vests are calling for a new social justice order, for the right to live in dignity based on fair wages and a fair tax system. The only solution is to create such a system. A system that will stand for respect of community life: for redistribution of the wealth to the benefit of the people and the nation. Because the people have been excluded from the distribution of wealth thus far and have been left destitute.

More to come. Watch this space!

Love

Pamela”

 

Vive la Marseille populaire ! Chenoz, mange tes morts !

Belle charpente sur la Plaine ! Et il n’y pas que cela. D’autres constructions ont été réalisées : toilettes sèches, tables, bancs, …
Pas besoin des mafiosi pour s’occuper de la plaine.
Tout notre soutien aux personnes qui ont été séquestrées par la Picciotterià en uniforme et par les hommes de main de la Bac. Soutien également apporté aux deux ouvriers du bâtiment intérimaires qui ont eu le courage de démissionner ! Aux autres travailleurs, prenez votre droit de retrait ou refusez directement de travailler à la destruction de la vie.

Vive la Marseille populaire ! Chenoz, mange tes morts !

 

Parco Villa Turrisi : de la Conca d’Oro aux derniers coins de verdure – un reportage du Construction Sociale Club

Notes préliminaires : Le problème mafieux ne touche pas seulement le sud italien, bien qu’il y soit particulièrement grave. Si le Construction Sociale Club s’y intéresse, c’est que le secteur du bâtiment est bien concerné par ce phénomène, même en France : spéculations immobilières, marchés publics truqués, destructions environnementales, exploitation d’une main d’œuvre sous-payée et on en passe … Cet été, nous publierons plusieurs reportages et entretiens sur la Sicile (voici le deuxième écrit par notre envoyé spécial), afin d’envisager la question – et voir ce que nous pouvons faire – dans une perspective internationaliste. Car les mafias, elles, n’ont jamais attendu pour se mondialiser…

Parco Villa Turrisi, dans la périphérie, au nord-ouest de Palerme. C’était la Conca d’Oro, la « coquille d’or », cette plaine qui fut particulièrement célèbre pour ses agrumes. Cette plaine cultivée qui jouxtait encore Palerme avant l’expansion urbaine de la ville, celle qui commença dans les années 50. Celle du Sacco di Palermo, le sac de Palerme durant lequel la mafia, profitant de la folie extensive métropolitaine, s’enrichit sur les marchés publics, sur les spéculations immobilières, sur l’avancée du béton sur ce qui fut autrefois la campagne. Celle qui continua ensuite.

Un jour, dans les années 80, de l’autre côté du parc, des jeunes se sont insurgés contre l’urbanisation. Ils se sont installés sur des terrains qui n’avaient pas encore été construits. Ils les ont nettoyé pour faire un jardin. En toute beauté. En toute illégalité, bien que le maire de l’époque décida de soutenir l’initiative.

Aujourd’hui, le parc est le coin de verdure qu’il reste dans le quartier, le dernier bout de ce qu’y fut la Conca d’Oro. Mais ce n’est pas encore un parc public, c’est un projet pour lequel lutte une association. Association qui lutte aussi pour l’établissement d’une voie verte qui relierait Palerme a Monreale grâce à l’ancienne voie ferrée. Dans le parc, il y a les signes de la vieille voie, dont cette vieille gare qui n’a jamais servi, mais qui officiellement appartient encore à l’État.

D’ailleurs, le 7 avril 2015, le maire de Palerme a reconnu que Villa Turrisi devrait être un parc public. Depuis, dans la pratique rien n’a pourtant été fait pour, alors même que le projet existe et que les fonds aussi. Il y a semble-t-il des difficultés bureaucratiques, notamment car le parc contient aussi des terrains effectivement privés ou appropriés par des privés, et que la bataille des documents légaux est longue.

Si certaines des habitations abusives sont occupées par des pauvres, d’autres le sont par des riches. Une membre de l’association, m’explique que les pauvres pourraient rester, qu’il n’est pas question de mettre à la rue des personnes qui n’ont pas les moyens de vivre ailleurs. On peut, d’autant plus, remarquer qu’ils ne sont pas le cœur du problème.

Spéculation. Tennis Club déjà existant, avec en projet une piscine. Ce projet privé s’étale abusivement sur des terres publiques. Non loin de là, des villas. Certaines avec de hauts murs et des fils barbelés au-dessus. Parfois, des caméras de vidéo-surveillance. Puis, au détour d’une rue, une BMW de sport et une Mercedes.

Face à un terrain de Paintball, un terrain vacant. La villa qui y était érigée avait finalement été confisquée, puis rasée. Une association de pompiers voulait y faire, à la place, des jardins. Mais ils n’ont finalement pas obtenu l’accès à l’eau de la Commune.

À l’avancée du projet du parc Villa Turrisi s’opposent des blocages, parfois insidieux. Les maires peuvent bien changer, soutenir des initiatives, au moins dans leur discours, les fonctionnaires, eux, restent en place : il suffit d’en corrompre certains, et d’autres font directement partie de sales réseaux.

Pour ne donner qu’un cas récent, on peut rappeler qu’il y a quelques jours à peine, la juge Silvana Saguto, en était à son troisième procès – du côté des accusés ! Corruption, concussion, détournement, fraude, blanchiment, l’ex présidente à la gestion Mesures de prévention du tribunal de Palerme n’avait sans doute mesuré la gravité de ses actes, ni prévu les écoutes téléphoniques. Elle, qui avait notamment pour mission la nouvelle assignation des biens et propriétés confisqués, avait pour habitude de les assigner à ses amis. Mais quand on aime, on ne compte pas ! Un bien est séquestré à un mafieux ? Faisons en sorte qu’il retourne à la mafia.

À Villa Turrisi, ce problème n’est semble-t-il pas inexistant, même s’il ne faut pas trop en parler. Une loi permet que les héritiers d’une personne à qui la justice a confisqué un bien puisse le récupérer. Si l’on sait tendre l’oreille, des bruits courent dans le quartier, bien qu’il faut rappeler que cela ne constitue pas une preuve. Certains disent que des terrains du parc appartenaient à des proches de l’ingénieur Michele Aielo, condamné par la justice italienne pour association mafieuse. D’autres disent « à Michele Aielo lui-même ». Cela aurait bénéficié à quelques personnes de la famille, ou des familles impliquées.

Pour la petite histoire, d’après le collaborateur de justice Nino Giuffrè, Aielo était un prête-nom du célèbre boss Bernardo Provenzano. Aielo, mafieux de Bagheria a pris dans le passé sa part dans bien des marchés publics, notamment dans le secteur de la construction de routes. C’était aussi un investisseur dans le secteur du sanitaire, devenu propriétaire, par exemple, du centre d’oncologie Villa Santa Teresa. Mais, après tout, quand des amis enterrent des déchets toxiques, ça produit des cancéreux. Il faut des infrastructures pour les traiter. Un marché s’ouvre, alors pourquoi ne pas profiter de l’aubaine ? C’est comme créer sa propre demande.

Il serait temps que le projet du Parc public Villa Turrisi soit réalisé, que ce bout de verdure soit sauvé des griffes des spéculateurs. Mais cela tarde, ce qui use les forces des militants de l’association, ce qui en déprime certains qui retournent alors à leurs affaires personnelles. Une militante de l’association m’en parle : « Au début, il y avait de l’enthousiasme, on était plein, mais quand ils voient à quel point il peut être long et difficile d’obtenir des résultats, certains s’impliquent de moins en moins. C’est aussi une question de temps, moi je suis assez âgée, j’ai du temps, mais il y en a qui sont trop fatigués, trop pris par leur travail. Par ailleurs, il faut aussi vraiment que la municipalité s’engage concrètement dans le projet, le mette en œuvre, l’accompagne, car nous n’avons pas les mêmes armes. Je ne dis pas que, nous militants associatifs risquons de nous retrouver avec des bombes sous nos voitures, mais bon … on ne peut pas vraiment aller très loin. Plus on en fait, plus on risque de se mettre en danger. La lutte pour le parc, c’est aussi une lutte contre la mafia, parce que quand on veut maintenir un peu de nature, on s’oppose aux possibilités de quelques uns d’accumuler du fric grâce aux spéculations immobilières ».

“Ma la mafia non vince !” : quartier Guadagna à Palerme, Arcobaleno 3P – un reportage du Construction Sociale Club

Notes préliminaires : Le problème mafieux ne touche pas seulement le sud italien, bien qu’il y soit particulièrement grave. Si le Construction Sociale Club s’y intéresse, c’est que le secteur du bâtiment est bien concerné par ce phénomène, même en France : spéculations immobilières, marchés publics truqués, destructions environnementales, exploitation d’une main d’œuvre sous-payée et on en passe … Cet été, nous publierons plusieurs reportages et entretiens sur la Sicile, afin d’envisager la question – et voir ce que nous pouvons faire – dans une perspective internationaliste. Car les mafias, elles, n’ont jamais attendu pour se mondialiser…

Le Quartier Guadagna, régulièrement à la une des chroniques journalistiques. Un des bastions de la Cosa Nostra, un centre du trafic de drogues : extasy, cocaïne et la morbide héroïne. Les routes de cette dernière sont nombreuses, et parfois longues, pour arriver sur les places délabrées de ce quartier. Opium produit en Afghanistan, au Pakistan, en Iran, parfois dans le sud est asiatique, puis acheminé via la Turquie. Il y a ensuite la route européenne, via les Balkans, la route du sud, celle de l’Afrique orientale et la route plus directement méditerranéenne (d’est en ouest). Des containers sont acheminés dans le port de Marseille, mais aussi dans ceux des pouilles, de Sicile, et bien sûr dans celui de Gioia Tauro, notamment connu pour l’import de cocaïne en Europe – elle provient, à l’inverse de l’héro, souvent de l’ouest (production en Colombie, au Pérou ou encore en Bolivie). Le port sans joie de Gioia, fait pourtant partie depuis 2003 du réseau Megaport : il est censé être sous surveillance particulière de personnels étasuniens collaborant avec la douane locale. Dans la pratique, cela ne l’empêche pas d’être toujours sous contrôle de la ‘ndrangheta, la célèbre mafia calabraise. Cherchez l’erreur.

Dans le quartier Guadagna, la drogue est à meilleur marché qu’ailleurs. C’est pas les prix lyonnais, ça c’est sûr. C’est la pauvreté, les immeubles délabrés et pas de services sociaux officiels dans tout le quartier. « Officiels », car il y a pourtant un lieu d’accueil : l’Arcobaleno 3P, en référence aux 3 P de Padre Pino Puglisi, ayant officié et lutté contre la mafia à Brancaccio, non loin de Guadagna, et assassiné devant chez lui le 15 septembre 1993, jour de son anniversaire, d’une balle dans la nuque1. Ce qui le branchait Padre Pino Puglisi c’était l’éducation, tout comme la sœur Anna Alonzo qui a ouvert l’Arcobaleno de Guadagna.

Édifice abandonné depuis une vingtaine d’années, ce fut un collège, puis il fut loué pour l’école avant que la direction décide qu’il n’y aurait plus d’instruction dans le quartier Guadagna. Anna Alonzo, elle, n’était pas d’accord. Alors un jour elle a décidé d’occuper les lieux, illégalement. Il y avait tout à refaire : nettoyer les murs plein d’insultes et de menaces à caractère sexuel, enlever les seringues qui traînaient partout et la merde dans les salles.

Anna a déjà quatre procès derrière elle, pour occupation abusive. Pour avoir voulu ouvrir une nouvelle école, elle a risqué la prison mais a finalement pu bénéficier d’une peine dite alternative. Une forme d’assignation judiciaire dans un centre à caractère social, celui-là même qu’elle a ouvert. Mais, comme elle le dit elle-même, il est rare que des policiers passent dans le quartier alors ils ne viennent pas vraiment vérifier sa présence.

Anna est missionnaire. Elle a les cheveux blanc, une énergie étonnante, une poignée de main très virile, un caractère décapant, brusque, voir intimidant aux premiers abords. C’est vrai qu’il en faut du caractère pour faire ce qu’elle fait dans ce quartier.

Elle a déjà été menacée plusieurs fois, et même chopée dans la rue et ruée de coups. Mais ça, elle ne veut plus en parler : « Je m’en fous tu comprends. Tu me connais pas encore toi. Il faudra passer deux fois sur mon cadavre avant de toucher à ce lieu ! ». Régulièrement il y a des vols et de la casse, une manière de rappeler qui sont les patrons. Mais les intimidations ont leur limites, « l’arcobaleno, maintenant, ça fait partie du quartier, plein de gens d’ici y passent ».

Grâce à des dons, des travaux ont pu être fait, notamment pour récupérer le troisième étage qui était gorgé d’eau. Il y a des terrains pour jouer au ballon. De beaux graffitis colorés ornent les murs. L’édifice est composé de plusieurs salles : deux cuisines, la seule bibliothèque du quartier, une salle d’informatique, un studio pour enregistrer de la pop sicilienne, des chambres pour deux ou trois personnes. Pas de gros dortoirs : c’est une philosophie : « ce n’est pas parce que les gens sont pauvres qu’ils n’ont pas droit à un peu d’intimité ». Ici, il y a des exilés, des nigérianes sorties de la traite et qui travaillent dans un centre de couture social, des mineurs isolés, des personnes de la rue, des toxicomanes qui tentent de s’en sortir, des enfants du quartier. On peut apprendre le piano, prendre des cours de danse, apprendre à lire. L’objectif est la réinsertion sociale, mais ce n’est pas toujours évident. Les enfants viennent parfois une ou deux fois aux cours de cette école alternative, avant de déserter la classe :

« Un mi nni futti n’a scola, io travagghiu.

– unn’è ca travagghi ?

– vaiu a cuogghiri u ferro. »2

Ça crie, ça joue au ballon, ça se dispute. Un ado tente d’ouvrir mon sac à dos. « Guagliò ! ». Pas le temps d’en dire plus, Ciro, qui aide Anna, le rappelle à l’ordre, pendant qu’un autre le traite de pédé.

Rien à voir avec cette anecdote, mais il est d’ailleurs drôle de voir sur le mur à côté d’une croix catholique, et d’une invitation pour un spectacle de théâtre, une affiche pour la prochaine manifestation du groupe LGBT palermitain. La diversité fait la force et on peut être sœur catholique et soutenir les homos. Padre Pino Puglisi, lui aussi, savait accepter les différences.

Dans la grande salle de réception, il y a son portrait en grand, imprimé sur une toile. Là encore, quelques ados du quartier ont fait sans doute ce que des parents ou des grands frères leur ont dire de faire : uno sfregio, le coup de couteau que les bâtards de mafieux utilisent pour défigurer les femmes infidèles, tracé à la lime sur le visage de Puglisi. « Ils ont fait ça, avant de crier Viva la Mafia », raconte Anna ! Mais elle n’a pas voulu que le portrait soit remplacé. Il faut laisser des traces de cela. Il y a six ans, certains avaient aussi commencé à mettre le feu au bureau. Les policiers avaient refusé de venir.

Bref, on ne peut pas dire qu’on s’ennuie au centre Arcobaleno 3P ! « On s’épuise même », se plaint Anna. Tant de personnes accueillies et pas d’aides de l’État : le lieu n’est toujours pas légalisé. « Il ne me laisse même pas faire de contrat pour l’eau et l’électricité. Pour l’eau, on se branche sur le réseau de la paroisse et le gérant nous demande plus de quatre cent euros par mois. Pour l’électricité, on va essayer de s’arranger avec une entreprise autre que l’Enel. On galère avec l’argent ! Mais i figghi sunnu ru patri, pozzu annacarli n’anticchia »3.

Pourtant, à côté de l’arcobaleno, un immense bâtiment a dernièrement été retapé : une crèche. Des centaines de milliers d’euros de travaux grâce à des fonds européens. Inauguration en grande pompe. Mais oui, une grande crèche toute neuve dans le quartier Guadagna, quelle bonne nouvelle ! Le lieu n’a été ouvert qu’un mois et demi. Il est fermé depuis …

Pour Anna, c’en est trop : « À moi, on voudrait me faire payer deux à trois mille euros de loyer, alors qu’on a nous même fait faire les travaux avec les moyens qu’on pouvait, pas ceux de l’Europe. Ici, ils gèrent les choses très mal et moi je devrais laisser cet endroit vide ! Ce sont des affaires sales, est-ce que tu vois ce que je veux dire quand je parle d’affaires sales ? »

Alors, il y a un mois et demi, Anna a décidé d’agrandir l’arcobaleno, « Je m’en fiche maintenant des procès ». Il y avait une petite cour entre la crèche neuve fermée à double tour et le centre : elle a décidé de la récupérer. L’objectif ? En faire un parc de jeux pour petits. Il y a déjà quelques toboggans de plastique. Elle voudrait aussi profiter de l’espace pour faire des ateliers jardinage : des murs ont été montés pour encadrer de petits lopins de terre. « On va aussi mettre des animaux. Certains enfants sont nés dans un environnement violent, ils ont tué des poissons dans l’aquarium. Là on va avoir des lapins, des poules, et on va voir comment ils s’en occupent. S’ils en prennent soin, alors peut-être ils respecteront un peu plus les humains. C’est une tentative ».

Il faut aussi refaire le sol, et pourquoi pas, espèrent Anna et Ciro, construire un four à pizza, un vrai, un beau, en briques et tout ! Les anniversaires seraient plus beaux. Et puis quand même, on est en Italie alors un lieu de vie collectif se doit d’avoir un four à pizza !

1 : A propos de l’histoire de Pino Puglisi, on peut notamment se référer, malgré les quelques erreurs de détails qu’il contient, au film de Roberto Faenza, lui rendant hommage : Alla luce del sole, sorti en 2005

2 : « Je m’en tape d’aller à l’école, moi je travaille

– Comment ça tu travailles ?

– Je récupère le fer. »

3 : Il s’agit d’une expression : « les fils sont du Père, on peut les bercer un peu [tant qu’ils sont encore enfants] »

 

La Zad et l’art de la charpente !

Nous nous permettons de partager une vidéo (publiée sur Lundi Matin) sur la première semaine d’évacuation de la zad.

Quand l’État détruit, les zadistes reconstruisent. Et l’État détruit de nouveau, mais les zadistes sont toujours là.